Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Globe d'Emilie

Le Globe d'Emilie

Une jeune femme expatriée, des expériences uniques et beaucoup d'humour. Des conseils, des bonnes adresses à Düsseldorf et ailleurs.

Ma première réanimation allemande.

Ma première réanimation allemande.

Hier alors que c'était une journée très très calme en salle de réveil (et au bloc aussi) une Patiente ayant subi une opération à la Suite d'une fracture du col du fémur (et vous vous imaginez bien qu'elle était âgée) arrive en salle de réveil pour des suites post-opératoires banales. Je la Monitore donc, et contrôle ses paramètres vitaux. Et à partir de ce Moment, l'adrénaline ne m'a pas quittée, et la journée calme s'est transformée en journée assez active...

La patiente avait une fréquence cardiaque de 26 pulsations par Minute, autant vous dire que c'est peu, très peu (la dernière fois qu'un de mes patients avait une fréquence cardiaque inférieure à 30 pulsations par Minute, c'était un Patient qui allait décéder dans les très prochaines minutes...), cette patiente avait une Saturation en oxygène qui n'excédait pas 68%, et ici encore c'était beaucoup trop peu. J'ai alors appellé l'interne de garde (vous vous rappellez je vous disais dans un des mes articles précédants que je travaille toute seule en salle de réveil et que s'il faut un médecin il faut l'appeller... pas comme à Paris, où il suffit de crier et quatre médecins accourent...). J'ai entre temps préparé de l'adrénaline, une Perfusion de Gelafundine (qui correspondrait à notre Voluven), pris un masque à oxygène à haute concentration, et le médecin était déjà là et massait la patiente (massage cardiaque), j'ai de Suite appellé les infirmiers de réanimation, et en une minute quatre autres infirmiers m'ont rejoint. On a fini par intuber la patiente et on a continué à la masser sans utiliser beaucoup de médicaments.

En l'espace de très peu de temps la patiente a été transférée en réanimation. Et à mon plus Grand regret elle est décédée dans la nuit.

La réanimation n'a pas différé d'une réanimation en France, les médicaments sont les mêmes (adrénaline...), les principes sont les mêmes, et la collégialité est la même. Cependant j'ai trouvé que les infirmiers étaient beaucoup moins agressifs que ceux que j'ai connu en France en Situation d'urgence, que même en tant que Francaise pratiquant moyennement bien l'allemand, j'ai compris exactement ce qu'ils voulaient et quand, je ne me suis pas sentie perdue comme j'ai pu l'être par le passé (et ô combien je fus perdue lors de situations d'urgences...).

J'étais contente de ma journée hier soir, je me disais toute fière "on a sauvé une vie aujourd'hui", mais finalement je commence la journée un peu triste pour cette petite patiente qui était venue se faire opérer d'une fracture du col du fémur et de qui on ne parlera maintenant qu'au passé...

Bis bald !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article